AccueilAccueil  Tumblr DMTH  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 
Bienvenue sur DMTH Invité love01
PRENEZ LA ROUTE DE BÂTON ROUGE, SUIVEZ NOUS SUR LA V2 !
   

Partagez
 

 Evgeni Backström (M) ▬ featuring Tom Sturridge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
 
Anonymous
 
 
Invité
Invité


Evgeni Backström (M) ▬ featuring Tom Sturridge Empty
MessageSujet: Evgeni Backström (M) ▬ featuring Tom Sturridge   Evgeni Backström (M) ▬ featuring Tom Sturridge Icon_minitime9/5/2010, 06:39

Evgeni Victor Backström
âge. 500 ans, mais l'apparence de 23 ans pour l'éternité
date et lieu de naissance. Roumanie
nationalité. roumaine
race. vampire
état civil. en couple
lieu d'habitation. silence éternel
métier. voir liste des métiers
étiquette qui vous est collé. Comme il vient d'arriver, il n'a pas pu se faire grandement remarqué. Du moins, on pourrait le croire. Evgeni n'est pas un vampire comme les autres, et il ne boit pratiquement pas de sang humain. Pourtant, il impose un certain charme au végétarisme en traitant sa nourriture beaucoup mieux que la plupart. C'est de lui que plusieurs demoiselles voudraient leur première morsure, une chose est certaine, s'il aime bien regarder, Evgeni ne se salit que très rarement, par obligation, les mains.
avatar. Tom Sturridge, négociable avec Josh Beech, Nicolas Bemberg, Cesar Casier ou LUKEGRIMES.
Evgeni Backström (M) ▬ featuring Tom Sturridge 15yz1q8

Autocritique - Réfléchi - Charismatique - Mystérieux - Généreux - Opportuniste - Impatient - Curieux - Possessif - Ironique - Protecteur - Orgueilleux


« Je vais foutre le camp Ev' ». J'ai la tête appuyée sur son torse, il remonte le drap sur nos deux corps qui frissonnent et tressautent, ils n'ont pas encore réparé les fissures dans les murs et le froid sibérien nous ronge jusqu'à la moelle. Il n'y a que contre le corps chaud d'Evgeni que je recommence à sentir le bout de mes orteils. Je sais qu'il n'est pas d'accord avec ma décision, mais je ne supporte plus rien, ici. Ça commence à paraître physiquement, je reçois de plus en plus de coups, on me fout de plus en plus souvent en isolement, et je suis à deux doigts de penser à mettre l'endroit en feu. On a quinze ans. J'ai des idées plein la tête. Je veux me tirer de cet endroit pourri où je crèche depuis ma naissance. J'en ai marre de prendre soin de mon prochain, de m'occuper des plus jeunes pour qu'ils ne souffrent pas de l'absence de présence humaine comme moi, je l'ai senti. Marre de me lever la nuit pour aller consoler les plus jeunes qui pleurent. Marre de me faire appeler maman par des gosses. Je suis peut-être égoïste, c'est peut-être les condamner que de les laisser avec les autres, avec ces femmes froides, brutales et insensibles, ces hommes pervers, dégueulasses et opportunistes, mais c'est eux ou c'est moi. D'aussi loin que je me souvienne, j'ai toujours eu un sens de l'auto-préservation ultra-développé. Là encore, ça m'a causé problème. Je ne supporte pas l'idée de partir loin d'Evgeni, car c'est mon ami. C'est mon frère. C'est mon âme-soeur, c'est le prolongement de mon âme. Mon bon côté, ma conscience, mon repère, mon coeur. Je ne m'attache plus aux gosses, pas depuis que je suis impuissante quand ils crèvent, quand on tente de les éveiller le matin et qu'ils se sont éteints durant la nuit. J'ai partagé mon lit avec quatre gosses entre 5 et 9 ans pendant un mois, l'an dernier, rien que pour sentir ce que c'est de ne pas être seule. Comme je le fais là, maintenant, avec lui « M'laisse pas tout seul ici Dora ». Il est bien le seul à oser m'appeler comme ça, pour moins que ça, j'ai sauté à des cous, griffer, mordu. Pourtant, à mon oreille, sa voix adoucit le terme, et je ne m'offusque pas. Au contraire, je me blottis contre lui, davantage si possible, et j'écoute les battements de son coeur. Ça me calme, ça me fait peur de partir loin de cette source d'apaisement qui fait parti de ma vie depuis une dizaine d'années. Je ravale mes larmes, mord ma lèvre qui tremble, ferme les yeux, alors que son bras contourne ma tête, se poste dans le haut de mon dos « Pars avec moi. On va s'en sortir ». Il s'agite, redresse mon menton pour que je croise son regard « Et les autres ? Qu'est-ce qu'ils vont devenir, eux? ». Je crois qu'il veut que je me sente mal, qu'il me fait mal intentionnellement, parce que je suis en train de le quitter. Mon frère, mon jumeau, on est tout ce qu'on a, lui et moi. S'il me blesse, c'est pour me retenir. Ma décision est prise, avec ou sans lui, dans quatre jours, je mets les voiles. J'ai réussi à trouver de l'argent lors de la dernière tentative d'adoption en le volant du porte-feuille de l'homme. Je vais simplement prendre le train avec tout ce que j'ai, et on verra où j'atterrirai. J'improviserai de là-bas. J'y crois dur comme fer « Tu ne pourras pas tous les sauver, tu le sais, je le sais... ». Il se redresse tellement vite que je tombe sur le sol, frappant lourdement ma tête sur le sol de pierres. Je suis tout étourdie quand j'ouvre les yeux de nouveau qu'Evgeni me tient contre lui, son torse chaud, la chaleur diffuse à travers le t-shirt élimé que je porte. Je suis presque sûre qu'il pleure, il s'essuie les yeux quand il voit que mes paupières s'agitent « Comment je vais faire sans toi? ». Il replace une mèche de mes cheveux, puis sourit, animé par un rire nerveux « Plus important encore, qu'est-ce que tu vas devenir sans moi ? ». Son rire est contagieux, alors je souris, palpant ma tête à la recherche d'une bosse, frissonnant, putain c'est froid la pierre nom de Dieu « Je vais vivre. On va se retrouver Evgeni, tu me le promets? ». Il esquisse un sourire, puis il acquiesce d'un geste de tête, sans rien dire, il se redresse, moi dans les bras, m'posant sur son lit. Je m'assoie en tailleur pour le voir fouiller dans ses affaires, puis il se met à genou. J'hausse le sourcil. Un anneau enserre mon annulaire gauche, puis je me mets à rire et l'attire à moi. Il me blottit contre son torse et on s'endort, innocents enfants abandonnés, ses bras m'entourent, mon dos contre lui, son menton dans mon cou..

« Une fille, Ev', j'ai une fille et tu m'aimes encore? ». Je tiens mon bien le plus précieux, blotti dans mes bras, gazouillant comme s'il s'agissait d'une mélodie. Je rive mon regard sur Evgeni, j'ai l'impression qu'il est différent, mais c'est peut-être le temps. C'est peut-être parce que durant ces longues années d'exil, loin de lui, loin de nous, loin de ce que nous avions formé, j'en avais oublié la douceur de ses traits, la douleur dans ses prunelles, ces lèvres qu'ils pincent quand il est songeur ou triste « Je t'aime, c'est tout ce qui importe, non? ». J'ai un frisson qui me traverse l'échine. Je n'avais jamais osé imaginer Evgeni Backström me charmer avec des mots si doux, ce besoin que j'ai de me faire apprécier, me faire complimenter, me faire dire que je suis belle, que je suis désirable, surtout maintenant. Surtout depuis que celui qui réussissait à me le faire ressentir même sans un mot a été lynché. Par moi. Je fais un pas en direction d'Ev, glisse ma main sur sa joue. Elle est glacée. Il presse son front contre le mien, prenant une attention particulière à ne pas brusquer Ivanna, que je tiens contre moi « Et si je te décevais? Si je partais encore? ». Je me sais instable. Je me sais incapable de ressentir le bonheur, allez savoir d'où je tiens cela. Quoi qu'il en soit, Ev' entrelace ses doigts entre les miens, me faisant remarquer cet anneau qui ne m'a jamais quitté depuis qu'il me l'a offert, à mes quinze ans « J'ai sauvé les autres, Dora. Je peux te sauver toi aussi... ». Il ne me dira pas qu'il sait ce qui s'est passé avec Sevastian. Il ne me dira pas non plus à quel point ça l'a brisé de me voir devenir folle d'amour pour un humain qui n'était pas lui. Les mots ne suffiraient pas à décrire sa douleur, semblable à la mienne durant les premiers jours d'exil où je l'ai attendu, mourante, près de l'orphelinat. Si Evgeni Backström était incapable, à l'époque, de me tenir à l'écart de son monde, aujourd'hui, il le fait pour me garder. Si je savais ce qu'il avait en tête, j'aurais été mal. Du moins, je le croyais. Jusqu'à ce qui se passe ce qui arrive aujourd'hui...


Lovely Bones
CE QUE JE SUIS POUR TOI


Teodora Sarbesco
Evgeni Backström (M) ▬ featuring Tom Sturridge Fkcnc3
feat TAYLOR WARREN
Il y a parfois des relations fusionnelles que l'on ne peut expliquer, c'est le cas entre Evgeni et Nastasia. On ne les voyait pas l'un sans l'autre, Nasty faisant des pieds et des mains pour retrouver son ami, peu importe les conséquences encourues ou les risques qu'elle prenait. Il a toujours été le seul à savoir que dire et que faire pour la calmer, l'apaiser, panser ses blessures, lui faire oublier ses craintes et ses peurs. Elle était la seule à savoir faire ressortir une certaine dose de folie dans le comportement du jeune homme, conditionné tout jeune à être sage et docile. Il est le moralisateur, mais chaque mot qu'il partage est un acte de foi, car il n'y a rien que Nastasia n'aurait pas fait pour lui. On n'invente pas des histoires comme la leur, on se contente de la regarder faire, ébahi, troublé. Les bras d'Evgeni, rempart contre les cauchemars, le froid, les pleurs, le malheur. Synonyme de liberté, synonyme de bonheur, de sourire, d'éclat de rire, c'est avec une douleur infinie qui ne s'est jamais vraiment calmée qu'elle l'a laissé derrière, le jour où elle a décidé de voir plus loin que les murs de l'orphelinat. Elle a été blessée plus que les mots peuvent l'exprimer quand il n'a pas daigné la suivre ou la rejoindre. Des jours durant, Teo attendait, à l'orée des bois, de voir s'il viendrait la rejoindre. Heureusement qu'une femme est tombée sur la jeune fille qui se laissait pratiquement mourir de faim dans l'attente cruelle du centre de son univers. Quoi qu'il en soit, les années ont passés, Teodora voue un culte à cet anneau qu'il lui a offert, la dernière fois qu'ils se sont vus, la dernière fois qu'elle s'est sentie vraiment bien. Ayant découvert sa nature de métamorphe dans l'évasion, elle ne se doute pas le moins du monde que, quelques années plus tard, Evgeni a quitté l'orphelinat pour rejoindre une communauté, sans savoir qu'il s'agissait de vampires. Mordus à l'aube de ses vingt-trois ans, c'est un Ev' plus noble, plus pensif, plus torturé, qui hante le monde depuis. D'un côté comme de l'autre, le dicton le temps apaise la douleur ne signifie rien. C'est comme s'ils leur manquaient quelque chose. Elle a laissée une partie d'elle-même, ce soir-là, dans l'orphelinat des Carpates. La meilleure, croit-elle. Si elle savait que justement, cette dernière parcourait le monde à la recherche d'une raison qui le pousserait à tolérer une nouvelle centaine d'année, elle perdrait tout contrôle...

Dire que Shreveport sera témoin de retrouvailles légendaires, c'est peu dire, surtout que ses récents déboires avec un vampire qui n'a pas tout à fait l'humanité d'Evgeni ne risque pas de lui plaire. Sa Dora, dans les bras d'un autre? Si l'éternité lui a appris quelque chose, c'est que la patience paie et il croit avoir suffisamment attendu. Elle est sienne, elle l'a toujours été, n'est-ce pas ? Ce fut son leit motiv. Il en avait trop vu, trop vécu, pour qu'un démon comme Sevastian Kovalewski lui prenne Teodora. Il a toujours été plus intelligent qu'elle, plus intelligent que nous tous. Quand Teodora débarqua, une bambine dans les bras, le fruit de ses entrailles, la fille de ce garçon qui lui vola ce qu'il aimait le plus au monde, il n'étais pas question que ce dernier s'en sorte. Il allait souffrir. Plus que quiconque, presque autant que lui. Il sait que le temps qu'elle resta à ses côtés, l'ombre de Sevastian, même " mort ", croyait Teodora innocemment, planait sur eux. Même certaine de lui avoir ôté la vie, Teodora Sarbesco continuait de penser à un autre. Insupportable. Sa fuite ne fit qu'aggraver les choses, que ne ferait pas, par vengeance, un homme au coeur brisé? Evgeni ne le sait pas, ne le sait plus. Pour l'instant, il orchestre patiemment le retour de la belle orpheline. Pour un face à face crève-coeur avec sa petite et le père de cette dernière, qui ont sympathisés en froissant des draps. Alea Jacta Est, le sort en est jeté!


Dernière édition par L. Teodora Sarbesco le 28/5/2010, 00:17, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
Anonymous
 
 
Invité
Invité


Evgeni Backström (M) ▬ featuring Tom Sturridge Empty
MessageSujet: Re: Evgeni Backström (M) ▬ featuring Tom Sturridge   Evgeni Backström (M) ▬ featuring Tom Sturridge Icon_minitime28/5/2010, 00:15

Le scénario a été reconstruit partiellement, des modifications ont été faites et des extraits ajoutés, à ce lien qui unit Teo à Evgeni, ainsi que ce court synopsis de leur relation. Il est extrêmement important pour l'évolution de trois personnages sur ce forum, Ivanna ( scénario libre ), Sevastian et moi-même.

J'espère vraiment que la personne qui prendra le rôle sera prêt à assumer les conséquences de ses actes, c'est-à-dire un harcelement pour un sujet, une reconnaissance éternelle et puis, promis, beaucoup de plaisir tortueux <3
Revenir en haut Aller en bas
 

Evgeni Backström (M) ▬ featuring Tom Sturridge

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

 Sujets similaires

-
» Evgeni Backström (M) ▬ featuring Tom Sturridge
» Evgeni Malkin
» [♀] Mylène Boulanger - 21 ans - featuring Christa Theret † Aimer, c'est essentiellement vouloir être aimé.
» « Si tu vois la vie en rose t'abuses des hallucinogènes. » Featuring | Bloody Sky & Cloud Strife.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL ::  :: Never Forget-