AccueilAccueil  Tumblr DMTH  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  


 
Bienvenue sur DMTH Invité love01
PRENEZ LA ROUTE DE BÂTON ROUGE, SUIVEZ NOUS SUR LA V2 !
   

Partagez | .
 

 Sieghart Mönch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
 
avatar
 
HELL COME HERE

HABILITIES : Je t'insuffle tout ce qui me chante, je caresse ton esprit et en modèle les pensées.
OFFICE : Psychologue.

INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Euh... Zig-Zig ?
MISSIVES : 719
ACTE DE PROPRIETE : .

« Toutes les choses vraiment atroces naissent dans l'innocence », Hemingway.
 
Sieghart Mönch
Alias ; Zig-zig, le Monster Munch 100% tournesol, 100% plaisir


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Sieghart Mönch   23/1/2016, 16:29

Sieghart Mönch
Feat Stephen James
Vingt-trois ans † Hérésie † Psychologue

DATE & LIEU DE NAISSANCE Le 18 Novembre 1993, en Allemagne ; AGE Vingt-trois ans ; ORIGINE Papa allemand et maman démon, j'en conclus quoi ?  What a Face  ; CAMP Pas de clan, en tout cas pas pour le moment, Sieghart ne connaît encore rien de tout ça. ; INFLUENCE Scox. ; NOM DU DOMINATOR / DATE DE LA MARQUE / ALCHIMIE ? / ETAT CIVIL Célibataire. METIER Il a terminé ses études de psycho, alors peut-être psychologue, si c'est possible. Il n'est pas très compatissant, mais très intéressé par le sujet, et puis les cordonniers sont les plus mal chaussés, à ce qui paraît.  ETIQUETTE Il vient seulement d'arriver, il n'a pas encore de réputation.

Identité
✤ Traits de caractères J'ai grandi dans la communauté, éloigné de tous, et je ne parviens pas à créer facilement des liens, si futiles soient-ils. La proximité étouffante de la secte m'a dégoûté des rapports humains. Je ne parviens pas à toucher quelqu'un avec aisance, à en être près, à sentir la chaleur de sa peau tout contre la mienne. Ça n'est pas un contact qui me plaise particulièrement. Mais j'aime regarder. J'aime me plonger dans le regard de mon interlocuteur, et essayer de le décrypter. On ne connaît pas toujours les gens par leurs paroles, mais par ce que l'on décèle au fond d'eux, leur gestuelle, la lueur qui brille dans leur regard. J'essaie d'étudier ces petites choses, et de comprendre les gens autour de moi. Lorsque c'est propice à la discussion, j'aime bien baragouiner un peu, parler avec de grandes phrases – peut-être que j'aime me cacher derrière tout ça, parce qu'au fond, je ne suis pas très bavard.
Je ne sais pas comment je réagirais face à une relation, quelle qu'elle soit – au final, je n'en ai quasiment jamais eu. Mais je sais que j'ai besoin de me cacher. Derrière les mots, derrière la violence, les tatouages, le physique. Parce qu'au fond, je ne suis qu'un phénomène raté. Un monstre, créé, je n'ai rien de naturel, et j'en souffre. J'ai l'impression que je suis voué à une vie compliquée, et parfois j'ai bien du mal à le supporter. J'en deviens un peu mélancolique, mais je n'aime pas me faire plaindre, au contraire. Je veux, j'ai besoin que l'on dise de moi que je m'évertue à une vie plutôt correcte. Je ne me laisse pas faire, je travaille, je suis brusque. J'ai toujours rêvé de sang, du son des os brisés, d'un parterre de cadavres. Je suis déjà plus ou moins passé à l'acte, mais je sais que je n'irai pas contre cette violence bien longtemps. Je ne sais pas contre qui, ni quand.
Il faut encore que je me découvre, que je sache à quoi m'attendre face à des individus, à de la gentillesse, de la méchanceté, à des sentiments, quels qu'ils soient. Je ne saurais même pas dire précisément si j'ai de l'humour. Peut-être est-il noir, mais comme le reste, comment en être sûr?
Ce dont je suis certain, c'est que je suis curieux. Peut-être est-ce la vie recluse, ou l'intérêt que je porte à la psychologie et qui me pousse à me demander comment sont les gens, pourquoi réagissent-ils d'une manière, et pas d'une autre, mais je le suis. Je pose trop de questions, et parfois certainement indiscrètes.
✤ Influence La manipulation, la persuasion, j'en ai besoin. Ça me donne ce sentiment d'importance, cette sensation de pouvoir faire quelque chose, de pouvoir agir. Alors que le reste du temps, je dois subir mon état et ne peux rien faire contre. Lorsque je suis entouré de jeunes âmes, de faibles âmes, c'est bien là que je sens toute ma puissance. J'insinue mes désirs dans la tête de ces faibles petites victimes, et j'ai eu bien d'occasions de m'exercer pendant ces années au sein de la communauté. Je leur demande d'agir ainsi, de penser comme ça, d'aimer faire ceci ou cela. Pour les actions, c'est très rapide, puisqu'ils s'exécutent. Lorsqu'ils doivent imaginer ou ressentir quelque chose, ça ne dure pas très longtemps, mais parfois bien suffisamment pour que je parvienne à mes fins. En revanche, ils n'ont pas les passions que je leur recommande plus d'une heure ou deux. Je ne peux pas m'en passer, je crois que j'agirais toute ma vie comme ça. À petite échelle, parce que je ne veux pas d'une vie monotone, j'aime parfois les réactions spontanées des gens, mais c'est tellement pratique lorsque je suis gêné par quelque chose...
Je ne résiste pas le moins du monde à ces appels, enthousiasmé par les appels des esprits autour de moi, et par ce que je peux produire par moi-même, je ne comprends pas l'intérêt de me contraindre à un mode différent.
✤ Alchimie //
✤ Lien avec le vampire //
✤ Convictions J'ai été tant coupé du monde que je ne saurais avoir une quelconque idée de ce qui se passe au-dehors de ma chambre. Je peux apprécier de voir la manière dont humains et autres races arrivent à cohabiter entre eux, et j'essaie de comprendre ce qui pousse les uns et les autres à se tirer dans les pattes, à se hanter, mais ça ne peut pas encore aller plus loin.
✤ Signes particuliers Les tatouages font partie de moi. J'ai eu besoin de me recouvrir intégralement le corps de ces dessins, pour m'illustrer, me cacher. Je suis différent des autres, je suis un monstre, et je veux que ça se voit au premier coup d'oeil. Je ne suis pas comme tout le monde, je vis avec cette tare incurable, cette saleté qui me colle à l'âme, à ce qu'il en reste, et je ne veux pas faire semblant d'être normal. Je suis parfois renfrogné, et je veux que ceux qui viennent vers moi soient réellement attirés par quelque chose.


story of your life

Le cadran venait d'afficher minuit pile lorsque la femme s'avança dans la pièce, féline, sensuelle. Tant qu'elle en devenait presque agressive. Il lui semblait qu'elle n'en pouvait plus. Qu'elle était à bout, qu'elle allait exploser à tout instant. La seule chose qui lui ferait du bien – elle aurait tant rougi à cette évocation, auparavant –, c'était lui. Pas lui en tant que personne, qu'humain, ou presque en tant qu'homme. Lui en tant qu'animal, lui en tant que jeu. Il lui semblait qu'elle était en feu, ses organes étaient brûlants, et son ventre tout entier était embrasé. Le charbon ardent dansait au-dessus de son pubis, et elle ressentait une envie telle, une envie qui la démangeait, presque douloureuse, qu'elle s'en serait arraché les organes génitaux, pour ne plus jamais ressentir ça. Ça n'était pas du désir, c'était un besoin malsain qui la dévorait. Elle prononça des paroles luxurieuses que jamais elle n'aurait pu prononcer avant, en passant de fiévreuses mains sur son corps en ébullition. L'envie furieuse se manifestait maintenant violemment, sous le simple contact de ses propres doigts sur sa peau humide – les mots roulaient entre ses lèvres, exprimant son désir le plus clairement du monde. Cet homme n'était personne, ni plus ni moins qu'un individu comme les autres à ses yeux – pas son ami, son mari, ni son amant. Juste un homme prêt à lui donner ce dont elle avait besoin, désespérément.

Elle était jolie, fine et presque candide dans ses vêtements de nuit blancs. Mais le démon avait déjà arraché à cette esthétique toute trace d'innocence. S'il y avait eu dix hommes pour la souiller en même temps, elle aurait été la plus heureuse. Ces mains sur son corps, son échine se raidit, et de longues traînées de sueurs glissaient de sa nuque sur sa peau douloureuse, fiévreuse. Elle tressaillait, se tendait, et se laissa enfin aller. Elle n'était pas la même, elle ne le serait plus jamais. Sa jouissance n'eut rien de beau, ce ne fut pas un soulagement, ni l'aboutissement de l'acte – il lui semblait que de longues coulures noires et visqueuses s'écoulaient de chacun de ses orifices et prenaient encore un peu plus de place dans son monde.

****

Le petit monstre était là, dans son berceau, qui remuait encore faiblement de gauche à droite dans un grincement, après avoir été bercé. Je crois qu'à l'époque, mes yeux étaient petits et noirs, déjà le miroir d'une âme mutilée et maléfique. Le visage se ma mère devait se pencher au-dessus de moi, souvent, pour voir si elle avait bien réussi son coup. Elle, ou l'autre, je ne sais pas. L'autre, cette chose qui vivait à l'intérieur de ses entrailles, qui la détruit lentement. L'homme qui vivait avec nous n'était pas mon père – ma mère est-elle réellement ma mère, si j'y réfléchis bien ? –, mais un type qu'elle avait ramené, aussitôt enceinte. Il ne s'est jamais caché de ne pas être mon vrai père, bien au contraire.
Quatre ans, je me frottais au sol comme un chat en chaleur, en essayant désespérément de m'arracher ces petites ailes noires qui se développaient sur mon corps. Elles ressemblaient à du muscle, sombre et épais, et je n'aimais certainement pas les avoir dans le dos, pour tenter de m'en débarrasser. Si j'avais eu l'âge de me les découper au ciseau, j'aurais essayé. De me les arracher à main nue, peut-être. Elles ont été arrachées plus ou moins proprement.
Douze ans, j'ai compris que nous ne vivions peut-être pas exactement comme les autres foyers. Je ne sais pas pourquoi, il était évident que je ne voyais personne, je ne sortais jamais, j'étais cloître à l'intérieur. Je savais que je n'étais pas comme certains autres, comme une majorité, et pourtant je n'avais jamais été confronté à leur normalité. Je le sentais, je ne peux pas expliquer cette certitude. Pourtant, je ne me sentais pas seul. Lorsque je jouais dans ma chambre, les autres me répondaient. Ceux qui n'étaient pas là physiquement, mais qui me manifestaient leur présence. Qui me racontaient leurs histoires, et qui me tenaient compagnie, lorsque les soirées se faisaient longues, et que je me morfondais. Pourquoi moi, pourquoi suis-je ainsi. Pourquoi ai-je cette maladie. Eux étaient morts, et parfois dans de lugubres circonstances, mais ça ne m'aidait pas à relativiser pour autant. J'écoutais, je répondais, et je pensais à nouveau automatiquement à moi. Pourquoi étais-je ainsi, réellement ?

Je traînais des pieds dans le couloir sombre, et m'amusais à deviner l'emplacement de chaque motif du papier peint dans le noir, les yeux plissés, le regard perçant. Je longeais le mur, en passant mes doigts sur le revêtement à liserés beige. Le sol était froid, et je sentais la poussière s'accrocher à mes pieds nus, comme attirée par la propreté de ma peau. Le couloir donnait sur l'extérieur, à ma droite, et sur le salon, à ma gauche. Je me devais de passer par le salon pour atteindre la cuisine, et ma gorge me démangeait tant elle me semblait desséchée. Dans le fond de la large pièce, une petite lumière tamisée, et des ombres qui dansaient, au son de bruits et d'images qui m'étaient flous. Je les ignorais et me rendais dans la petite cuisine, au sol encore plus froid. Me dandinant sur moi-même, j'ouvrais le réfrigérateur, et attrapais une petite bouteille d'eau pétillante.
De retour dans le salon, je la portais à mes lèvres, devant la scène qui se déroulait impunément sous mon regard. La silhouette mouvante de ma mère, agitée de spasmes réguliers, et d'autres encore, tout autour. L'eau pétillante glissait dans ma gorge et laissait éclater les petites bulles, me faisant grimacer. La lumière ne me permettait que de voir des pans de chair mordorée et brillante. Je m'en détournais, après avoir mis un nom sur chaque protagoniste, et m'approchais de la porte d'entrée. La poignée m'appelait, littéralement. Ne tenant bientôt plus ma bouteille que du bout des doigts, quelques gouttes de condensation la rendant glissante au contact de ma peau, j'approchais une main de la poignée. Chaque centimètre qui m'en séparait me semblait se rallonger. Qu'y avait-il, derrière cette porte ? La liberté. La nature. Un espace ouvert, grand, sans limite. Un cours d'eau, des insectes, peut-être. Des animaux, des arbres, des fleurs. Des odeurs. Je frémis à l'idée de sentir autre chose que l'odeur moite, renfermée de la maison. Mes doigts se posèrent sur la poignée glacée, et de mon autre main, je me débrouillai pour tourner la clé dans la serrure. Le vent, la pluie, le soleil sur ma peau. De la terre sur mes pieds, et l'humidité de l'herbe au matin. La mâchoire serrée, j'abaissais lentement, sans bruit, la poignée, et tirais la porte vers moi, avec délicatesse. Devant moi, une petite barrière. Pas d'herbe, de plante, ni rien de tout cela. Un froid mordant, qui me transperça, et me figea sur place. Personne à l'horizon, pas un bruit, seulement d'autres maisons. Aussitôt, j'ai refermé la porte.
Je n'aime pas ça. Je n'aime pas ça du tout.

Quinze ans, et ils ne parlent que de sexe, autour de moi. Que ça, du sexe, des relations, du charnel, de luxe. De la saleté, de la souillure, qui me dégoûte au plus profond de mon ventre. Ça me répugne, je ne veux pas toucher les femmes que l'on me propose, je ne veux pas que l'on m'initie, je ne veux pas devenir comme eux. L'idée même d'énoncer certains termes me révulse. Je n'aime pas ça. Je n'aime plus grand-chose, depuis ma grande « non-découverte » du monde extérieur. En fait, j'ai aujourd'hui l'autorisation de sortir me balader dans l'enceinte, mais ça ne me plaît pas. Je n'imaginais pas cela comme ça, je suis déçu, confus. Comme pour tout le reste. Je ne sais pas ce que l'adolescence m'apporte, si ce n'est d'aller de déconfiture en déconfiture. J'ai le sentiment que rien ne tourne rond dans ma vie. Je suis enfermé dans cette chambre qui pue, et que je n'ai pas le droit d'aérer. J'ai des barreaux à mes fenêtres, mais pourtant je peux sortir par la porte d'entrée. Peut-être est-ce un moyen de m'enfermer psychologiquement, je ne sais pas – en tout cas, ça fonctionne. Henri a mis ces barreaux, il y a plusieurs années déjà. Henri est notre sauveur, notre roi, notre tout. Nous lui devons respect et tendresse, politesse et sympathie. Je le déteste. Les trois quarts du temps, il les passe à baiser les femmes de la communauté, à nous demander de regarder. Je n'aime pas ça, ça ne me plaît pas. Je n'y prends aucun plaisir, je n'apprends rien, en les regardant s'emboîter éternellement comme un puzzle infini. Cette communauté ne parle que de sexe. Que de sexe. Accroupi dans ma chambre, je passe de fiévreux doigts sur mon visage. Quelque chose ne tourne pas rond. Je me balance d'avant en arrière, je dois ressentir du confort. Il me faut du réconfort, quelque chose qui me fasse du bien – je ferme les yeux avec force, serre ma mâchoire, et m'agite rapidement d'avant en arrière. Si j'avais un peu de chaleur, la position fœtale me contenterait peut-être. Comme lorsque je n'étais pas encore né. Lorsqu'on ne m'avait pas encore fait venir en ce monde, pour être cloîtré ici, comme un animal en cage.  

Dix-sept ans, les gouttes de sang perlent de la lame en inox et rejoignent le sol, où reposent mes genoux. Le corps de Henri repose devant moi, inerte. Je suis éclaboussé de rouge, et passe mon bras sur mon visage, gêné par les gouttelettes humides sur ma peau. Henri, Henri. Tu n'étais pas bon, pour nous. Tu ne pensais qu'à toi, qu'à tes petits plaisirs, aux dépens de la communauté. Ça n'est pas ça, régner, Henri. Dans mes pensées, je contemple le cadavre encore chaud, et essuie la lame sur mon jean. Ils sont heureux, ils rient autour de moi, et leurs hilarité emplit ma tête, me chuchotant de céder à la tentation. Un sourire, un gloussement, puis un éclat plus franc. Galvanisé, tant par ce que je viens de faire que par l'euphorie des ombres qui rient autour de moi, je ne contrôle bientôt plus mon allégresse. Si les ombres, si intangibles et pourtant réelles soient-elles, réussissent à me faire prendre confiance en moi, bientôt les gens de la communauté me rejoindront.
Je relève le visage vers ma mère, prostrée.

« Vas chercher les autres, maintenant.Tout va bien. Je vous ai délivrés. »

****

Assis sur mon large fauteuil, je laisse reposer mes avant-bras sur les accoudoirs. Ils sont là, devant moi, et ils attendent. Une explication, une justification, quelque chose de matériel pour comprendre  que j'ai fait la bonne chose. Ils ont besoin d'être réconfortés, perpétuellement. De s'entendre dire qu'ils seront protégés.
« Henri n'était pas un homme bon. Il a inséminé le vice en vous, comme les graines infectées d'une plantation pourrie. Vous êtes le ver de la pomme, la souillure du monde, la déchéance de l'homme. Tout ce que l'homme ne doit pas faire, vous ne l'avez fait. Tout ce qui est proscrit, vous vous êtes délectés de le faire, dis-je avant un soupir. J'ai honte de vous. Je ne vous ai jamais suivi dans vos dépravations, et pour qui me preniez-vous ? Pour celui qui ne regarde pas dans la bonne direction. Celui qui fautait. J'étais celui qui étais toujours seul. Et qui suis-je, dorénavant ? Celui qui vous a sauvés. Celui qui va vous laver de votre crasse. Elle est profondément ancrée, mais je saurai vous aider, jusqu'à vous remettre debout. Je suis là, dorénavant.
– Comment as-tu su ce qu'il te fallait faire ? Comment es-tu sûr que tu as pris la... la bonne décision ?
– L'autre nuit, j'étais sur mon lit. Je patientais, j'attendais de ne plus entendre vos saletés. J'étais avec des gens que vous ne voyez jamais. Avec des amis, qui me comprennent, et sont avec moi depuis le plus jeune âge. Vous leur passez à côté sans cesse, vous les narguez, de toute votre matérialité. Mais ils ne vous en veulent pas, pas du moins que je ne vous en veux pas. Contestez-moi, et ils viendront à vous, j'achève, avant de lever une main pour stopper quelqu'un qui veut me couper, je dois terminer. Alors, ce soir-là, il est venu près de mon lit. On aurait une gargouille animée. De toute sa grandeur, il me regardait, me toisait ; moi, son serviteur. Ses grandes ailes noires se sont déployées sous mes yeux. Une odeur de pourriture, de mort, s'était insinué dans ma chambre, et elle n'a depuis plus quitté l'odeur de mes murs, de mes draps, de mes rideaux. De sa voix rauque, il m'a dit ce que je devais faire. Je ne dois jamais quitter cet endroit, je ne devrai jamais sortir. Jamais partir, je resterai avec vous. Je ne suis jamais sorti, d'ailleurs. En suis-je pour autant mort ? En suis-je malheureux ? Pas le moins du monde, dis-je enfin, avant de laisser le silence s'installer. Tout cela, c'était bien évidemment la vérité.
– Je ne suis pas certain... Henri n'aurait pas voulu ça. Je..., chevrote un homme dans la petite assemblée. Je ne veux pas te contredire, mais... Je ne sais pas... »

Je suis soulagé qu'il tente, même faiblement, d'aller contre moi. Ça ne pouvait pas mieux tomber, parce que je dois leur prouver tout ce que je baragouine depuis tout à l'heure. Je ferme les yeux, et prends une grande inspiration théâtrale. Les yeux clos, dans le noir, je pense à mes ombres. Allez-y, bougez-vous, agitez-vous. Une onde tremblante s'insinue dans l'air. Faîtes naître le froid, l'atmosphère doit devenir glacée, dérangeante. Un silence de mort doit s'installer, implacable. Les pieds des chaises et des tables tremblent, secoués par une force invisible. Les vases tombent au sol, les décorations murales aussi. Ne cassez pas le verre des fenêtres, je n'ai pas envie de devoir changer tout ça. Dans la cuisine, les placards s'ouvrent et vomissent leur contenu au sol. Stop. D'un coup, plus rien. Je retiens un sourire sur mes lèvres. Je n'ai même pas besoin de parler, lorsque je rouvre les yeux, et ils sont agenouillés au sol, certains ont le visage baigné de larmes. Leur malléabilité m'est très chère.

« Bon... Nettoyez tout ça, rapportez un peu d'argent – débrouillez-vous comme vous le préférez –, et demain matin, quelqu'un m'inscrira à des cours à distance. Il faut bien que je rentre à l'université, pour la rentrée. »

****

Les années au sein de la communauté se ressemblent. Elles passent, et jamais ne sont mouvementées. Allongé sur mon lit, je suis las, complètement à plat. Heureusement que je peux étudier. Je ne les supporte plus, tous ces gens. Je ne peux plus les voir en peinture. Ils n'ont aucune discussion, aucun intérêt, aucune passion. Je leur dis quoi faire, et ils s'exécutent sans rechigner. J’insémine mes désirs en eux, et ils le font, toujours. C'est ma seule petite distraction. Et j'en suis arrivé à bout. Les yeux plantés au plafond, je fais la moue.

« Qu'est-ce que je dois faire, d'après-vous ? Peut-être que j'ai fait mon temps, ici... »

Oui, certainement, que tu as fait ton temps ! On s'ennuie, nous aussi. Ils ont si facilement peur que ça n'est plus très drôle...

« Je sais. C'est ça, le souci. Mais est-ce que je peux partir ? En l'état ? »

Ah non. Ils ne seraient plus rien sans toi. Tu ne peux pas vraiment les abandonner.

« Bon. Alors je crois qu'on a compris ce qu'il reste à faire. »

****

Tous en rang d'oignons, devant moi, dans la pièce sombre. Je prends une profonde inspiration en me tenant debout face à eux. Je leur dois bien ça, je ne leur dirai pas en étant avachi comme un mollasson. Les lèvres pincées, je prends un peu de temps avant de commencer. Je fais monter la pression, je ne devrais peut-être pas le faire, ils doivent être au bord de l'implosion. Comme des cochons avant de les abattre. Ils se sont réunis ici à ma demande, sans plus d'informations. Je sais que même s'ils ne posent pas de question, leur tête en est remplie. Je le sens, l'imagine, le devine, et je ne peux qu'avouer que ça me procure un petit quelque chose d'un peu malsain. J'aime bien cette peur, ce sentiment d'inquiétude, de faiblesse. Je brise finalement le silence pesant.

« Depuis ces années à mes côtés, vous avez toujours tout fait pour moi. Vous m'avez aidé à m'élever, à m'instruire, vous m'avez certainement aimé, dis-je en relevant mon pull, découvrant un fin t-shirt dessous, et je le passe au-dessus de ma tête. Il est également temps que vous puissiez découvrir le travail acharné que j'ai accompli, durant des mois, grâce au professionnel qui venait ici chaque semaine. Tout ce travail a eu un coût, que j'ai pu assurer encore une fois grâce à vous. Vous m'avez laissé le temps d'apprendre, et j'ai pu évoluer dans le milieu universitaire – mes études sont terminées, comme vous le savez, depuis le mois de mai dernier. Je suis prêt à évoluer dans un milieu professionnel à mon tour. Malheureusement, le chemin que je compte prendre ne correspond pas avec notre vie communautaire, vous devez bien vous en rendre compte. Sur ces mots, je lève complètement mon t-shirt. J'ai construit cette musculature dans la douleur et la sueur, au prix de beaucoup d'efforts. Nous sommes ce que nous reflétons. Je ne suis pas faible, je ne le serai jamais. Mais je ne suis pas non plus comme vous. Le haut de mon corps est intégralement tatoué, de face comme de dos. J'en avais besoin. Je ne suis pas comme eux. Je n'aime pas particulièrement ça, mais je ne le suis pas. Et la meilleure façon, la façon la plus simple de le montrer, c'est encore de l'exposer. Si je le mets en évidence aux yeux de tous, peut-être l'accepterai-je mieux à l'avenir. Vous savez tout. Je dois m'en aller, voler de mes propres ailes. Mais je ne peux pas le faire avec vous. Vous m'avez soutenu jusqu'ici, il faut maintenant que l'on se sépare. »

Le silence s'installe à nouveau. Je baisse les yeux, et gère ma concentration. Ils vont comprendre. Je m'évertue à laisser courir mes pensées, pour qu'elles rejoignent les leurs. Vous allez mourir. Le temps est venu. Je n'ai pas le temps ni le loisir de prendre des pincettes, mais n'ayez pas peur.
Cela fonctionne. Ils me croient. Ils me font confiance. Un coup de couteau, un autre. Je retire la lame, je prends la peine de l'essuyer sur mon jean. Un coup de couteau, je retire. Je lui attrape la nuque de ma main libre, et je plante la lame. Il faut y aller fort, la résistance peut rebuter. Je la regarde dans les yeux. Ils sont peut-être incertains, et remplis de larme tremblantes, pas assez nombreuses encore pour couler de tout leur saoul. L'iris brune est dirigée vers moi. Et la vie s'échappe, peu à peu, l’œil devient vitreux, il tourne. Le corps s'affaisse dans mes bras. Elle meurt dans mes bras, comme les autres, et de ma main. Son corps lourd pèse contre moi, et je m'accroupis lentement en la soutenant jusqu'au sol. Il faut respecter la Mort, et ceux qui partent pour nous. Je les respecterai jusqu'à ce qu'ils me quittent définitivement. Ce qu'ils sont beaux, comme ça. Silencieux, immobiles, calmes. Je pousse un profond soupir, et continue mon avancée macabre.

* Assis au milieu des cadavres, je me mords la lèvre, pensif. C'était monstrueux. J'ai toujours su que j'avais quelque chose qui n'allait pas. Ma mère n'était pas ma mère, mon père avait été manipulé. J'ai été manipulé. J'ai été enfermé ici, consciemment. Mais pour qui, du fait de qui ? Pour me protéger de quelque chose, peut-être. Ou pour m'isoler, tout simplement, pour que je devienne fou. Je passe une main sur mon visage. Les ombres m'ont tout raconté, il y a quelques semaines. La possession, la malchance, la destinée. Je ne suis pas normal. Je dois faire avec.
Je me redresse lentement, et quitte la pièce en vitesse. Pendant des années, je n'ai pas été prêt à sortir, je le suis enfin. J'ouvre la porte d'entrée sans me retourner, et fais quelques pas au-dehors. L'air tiède me caresse le visage, et je prends une grande expiration. Quelques pas en avant, jusqu'à ce qu'une voix ne retentisse dans mon dos.

« Alors toi... On peut dire que t'as vraiment fait n'importe quoi. »


[NB : Alors j'ai voulu m'arrêter là, parce que ça empièterait un peu sur ce que j'aimerais mettre en place sur le forum, mais je peux étoffer un peu ici : Il est repéré par d'autres hérésies lorsqu'il a décidé de  sortir de son plein gré, et il faut le prendre en charge le plus tôt possible, lui trouver un vampire et s'assurer qu'il ne sera une menace pour personne, et lui donner l'opportunité de vivre plus correctement.
Sa mère, dans ma tête, était possédée "par intermittences", elle faiblissait au fil des années, et le démon venait vérifier que tout se passait bien dans la secte. Puis en sentant que Sieghart voulait se tirer, commençait à s'énerver un peu dans son coin, aurait tiré la sonnette d'alarme, quitte à ce qu'il soit découvert et pris en main. Dès qu'il est pris en main, il est emmené à Shreveport, je ne l'ai pas mentionné dans la fin de mon histoire. Je ne sais pas si ça vous convient, je l'espère en tout cas !]


Spoiler:
 

Paradis artificiel
CHOIX DANTESQUE Inventé.P'TI NOM Pas particulièrement de pseudo.RUMEURS J'ai 23 ans, je suis à l'université, en master de droit, et je vis en Corse. Je hante les Rpgs depuis mes 14 ans environ, puis vers mes 20 ans je les ai quittés, pour mieux les retrouver depuis quelques mois! SESAME Validé par Stella LE VENT D'EST Partenariat avec Vampire's Ashes.DECLARATION Le contexte est quand même extraordinaire, sans vouloir en faire trop. Toutes ces définitions, cet historique, cette chronologie, les détails, et même les FAQs... Je trouve ça vraiment super d'avoir créé un véritable monde, plus encore qu'un forum rpg. TROMBINE Stephen James.



Dernière édition par Sieghart Mönch le 24/1/2016, 10:07, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
Chaton à apprivoiser

SIGNALEMENT : petit chaton du Pard
HABILITIES : métamorphe once
OFFICE : trapèziste - acrobate

INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Calli Attha
MISSIVES : 6688
ACTE DE PROPRIETE : avengedinchains & Tumblr

Les chats tout comme les roses ne griffent que ceux qui ne savent pas les prendre. # Inconnu
 
Cillian Ó Connor
PARRAIN ; Chat-volant


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   23/1/2016, 17:12

Bienvenue.
T'es un rapide toi wtf

Bon bah en espérant que tu seras vite validé du coup :)

_________________
 

Spoiler:
 

[color=#006666]
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
HELL COME HERE

HABILITIES : Je t'insuffle tout ce qui me chante, je caresse ton esprit et en modèle les pensées.
OFFICE : Psychologue.

INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Euh... Zig-Zig ?
MISSIVES : 719
ACTE DE PROPRIETE : .

« Toutes les choses vraiment atroces naissent dans l'innocence », Hemingway.
 
Sieghart Mönch
Alias ; Zig-zig, le Monster Munch 100% tournesol, 100% plaisir


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   23/1/2016, 18:49

Oh je suis dessus depuis quelques jours mais je n'aime pas trop poster la fiche nue What a Face

Je te remercie en tout cas !
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 

Do not go gentle
into that good night.



SIGNALEMENT : Apôtre de la pensée sauvage. Fabuliste des temps modernes.
SERENADE : My Violent Heart – N.I.N. || Bad Moon Rising – Mourning Ritual || Evil Ways – Blues Saraceno || No Comment – Gainsbourg || Nevermind – Leonard Cohen.



Rage, rage against
the dying of the light.

SOBRIQUET : Pathos.
MISSIVES : 1062
ACTE DE PROPRIETE : Babine (avatar), tumblr (gifs), Lou Bee (compo image de guedin), Nuru Kane (citation signature), Dylan Thomas (citation profil).

« He in his madness prays for storms, and dreams that storms will bring him peace. » L. Tolstoy.
 
Bill Gisborne
ALIAS ; Billoute-le-Cravacheur,
il fait Führer !


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   23/1/2016, 18:54

Sieghart Mönch a écrit:
Oh je suis dessus depuis quelques jours mais je n'aime pas trop poster la fiche nue What a Face

Y a clairement autre chose que t'aimes mettre à nu :
 

Bienvenue parmi nous, ne nous affole pas trop les donzelles. coucou

_________________

    pour mûrir la souffrance
    d'une époque où les nuits mouraient sans clair de lune
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
Chaton à apprivoiser

SIGNALEMENT : petit chaton du Pard
HABILITIES : métamorphe once
OFFICE : trapèziste - acrobate

INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Calli Attha
MISSIVES : 6688
ACTE DE PROPRIETE : avengedinchains & Tumblr

Les chats tout comme les roses ne griffent que ceux qui ne savent pas les prendre. # Inconnu
 
Cillian Ó Connor
PARRAIN ; Chat-volant


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   23/1/2016, 18:56

Je t’en prie, j'ai survolé il est intéressant le petiot. Et tu as une jolie plume :)

D'ailleurs si tu ouvres un cabinet de psychologue... mes 2 personnages auraient besoin de quelques séances.

_________________
 

Spoiler:
 

[color=#006666]
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
HELL COME HERE

HABILITIES : Je t'insuffle tout ce qui me chante, je caresse ton esprit et en modèle les pensées.
OFFICE : Psychologue.

INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Euh... Zig-Zig ?
MISSIVES : 719
ACTE DE PROPRIETE : .

« Toutes les choses vraiment atroces naissent dans l'innocence », Hemingway.
 
Sieghart Mönch
Alias ; Zig-zig, le Monster Munch 100% tournesol, 100% plaisir


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   23/1/2016, 19:03

Haha Bill, j'ai pris cet avatar pour les tatouages mais c'est vrai qu'il se fout vachement à poil du coup. Je piquerai pas une seule meuf va !

Avec plaisir Cillian, je te réserve une aprèm par semaine What a Face

_________________

« La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas. »
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
Chaton à apprivoiser

SIGNALEMENT : petit chaton du Pard
HABILITIES : métamorphe once
OFFICE : trapèziste - acrobate

INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Calli Attha
MISSIVES : 6688
ACTE DE PROPRIETE : avengedinchains & Tumblr

Les chats tout comme les roses ne griffent que ceux qui ne savent pas les prendre. # Inconnu
 
Cillian Ó Connor
PARRAIN ; Chat-volant


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   23/1/2016, 19:04

Réserve moi en une pour mon ex marine, Luciana aussi dans ce cas-là
Je te préviens y a du travail avec les deux ....

_________________
 

Spoiler:
 

[color=#006666]
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
A certains hommes tu ne dois pas donner la main, mais seulement la patte.

Et je veux que ta patte ait aussi des griffes..


SIGNALEMENT : Muse de la Révolte. Sorcière du Bayou.
HABILITIES : Inquisitrice
OFFICE : Sans emploi
INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Chamois
MISSIVES : 360
ACTE DE PROPRIETE : Chamois (ava) ; Pathos (sign code)

« Come in misery, where you can seem as old as your omens, And the mother we share Will never keep your proud head from falling. »
 
Shamina Ingelstone
MJ ◊ le chamois d'or!


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   23/1/2016, 19:11

Sieggy a écrit:
Il faut encore que je me découvre, que je sache à quoi m'attendre face à des individus, à de la gentillesse, de la méchanceté, à des sentiments, quels qu'ils soient.

Mah, tu es déjà bien découvert, m'est avis. sourcil
(non mais on va arrêter d'commenter ça, sinon tu vas tout cacher, fô pô.)

Bienvenue ici, en espérant que tu t'y plaises. A la moindre question, hésitation, n'hésite pas à requérir notre assistance. :05:

_________________
craint la résonance du vide



Play on. #Mörder #Rosebud:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
HELL COME HERE

HABILITIES : Je t'insuffle tout ce qui me chante, je caresse ton esprit et en modèle les pensées.
OFFICE : Psychologue.

INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Euh... Zig-Zig ?
MISSIVES : 719
ACTE DE PROPRIETE : .

« Toutes les choses vraiment atroces naissent dans l'innocence », Hemingway.
 
Sieghart Mönch
Alias ; Zig-zig, le Monster Munch 100% tournesol, 100% plaisir


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   23/1/2016, 19:25

Bon écoutez, je voulais partager avec vous cet art qu'est le tatouage, mais si vous faites vos vierges effarouchées je mets un pull hein mdr

Merciii !

_________________

« La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas. »
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
DISSOLVED GIRL

HABILITIES : Vampire nouvelle-née (étreinte en déc. 2016 par Tiberias Verhagen) ; discipline Cauchemar (niv.1) ; furie désaxée, piégée par ses fêlures dans le sommeil éternel.
SERENADE : THE RAVEONETTES - Aly Walk With Me. TRIPTYKON - Shatter.


BRIBES INFIDÈLES
SOBRIQUET : Minou
MISSIVES : 953
ACTE DE PROPRIETE : Avatar : Mina-Ligeia. Signature : Mina-Ligeia (pic), Ez3kiel - "Sous les cendres" (track).

Nothing is an absolute truth ; everything is permitted.
 
Nina Hark
ADMIN ; Niark-Niark, Daddy's little girl


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   23/1/2016, 19:50

Encore un teuton.
Moi j'dis, on est la génération Chalet.

Bienvenue parmi nous et bonne validation ! ^^

_________________


 
 
 

Hell is on the way

Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
HELL COME HERE

HABILITIES : Je t'insuffle tout ce qui me chante, je caresse ton esprit et en modèle les pensées.
OFFICE : Psychologue.

INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Euh... Zig-Zig ?
MISSIVES : 719
ACTE DE PROPRIETE : .

« Toutes les choses vraiment atroces naissent dans l'innocence », Hemingway.
 
Sieghart Mönch
Alias ; Zig-zig, le Monster Munch 100% tournesol, 100% plaisir


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   23/1/2016, 19:57

Danke schön What a Face

_________________

« La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas. »
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
FAN(G)TASIES



Outstare the stars. Infinite foretime and infinite aftertime: above your head. They close like giant wings, and you are dead.





SIGNALEMENT : Princesse True Blood
HABILITIES : Vicissitude, niveau 2
OFFICE : PDG du Louisiana Boardwalk
SERENADE : Santigold -- Creator


DEAD IS THE NEW ALIVE
SOBRIQUET : Atomique / Rolling Sto'
MISSIVES : 358
ACTE DE PROPRIETE : Liloo-59 (avatar) & Beylin (code signature)

Wer mit Ungeheuern kämpft, mag zusehn, dass er nicht dabei zum Ungeheuer wird. Und wenn du lange in einen Abgrund blickst, blickt der Abgrund auch in dich hinein. ☨ Nietzsche
 
Barbra Landgraf
MJ ✴ WUNDERBAR'BRA ✴ Miss Chalet 2015


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   23/1/2016, 20:18

Vierges effarouchées ? Il y a des vierges effarouchées ici ? wtf

Bienvenue en tout cas ! Très bon choix de groupe ! :63:
Et psychologue, ma foi, tout le monde sur ce forum a besoin d'une séance, mais ne t'attends pas à ce qu'on l'admette ! hum

_________________

Neither heaven nor hell
There on your left, Hell shuffles by, carrying a reluctant, gloomy chicken, his only comrade. There on your right, Heaven spring past, singing - a lunatic, a little too much for civilized contact.

Au clan du chaos Big Eyes:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
HELL COME HERE

HABILITIES : Je t'insuffle tout ce qui me chante, je caresse ton esprit et en modèle les pensées.
OFFICE : Psychologue.

INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Euh... Zig-Zig ?
MISSIVES : 719
ACTE DE PROPRIETE : .

« Toutes les choses vraiment atroces naissent dans l'innocence », Hemingway.
 
Sieghart Mönch
Alias ; Zig-zig, le Monster Munch 100% tournesol, 100% plaisir


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   23/1/2016, 20:24

Bon, je garde le pantalon et tout le monde est content.

Merci ma chère, ça m'assure un petit rp avec tout le monde ça, c'est cool What a Face

_________________

« La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas. »
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
And we are doomed to play

♦ Life is full of chapter. Just because you have one that`s bad doesn`t mean the book`s finished ♦
INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Gedauphin
MISSIVES : 6790
ACTE DE PROPRIETE : Ziamsboy ♦ lordbryndenrivers ♦ The Meteors

« Mais évidemment, si les cochons avaient des ailes, le bacon volerait. » ♦ Dôme tome 2 ♦ Stephen King
 
Stella Montgomery
ADMIN ♦ Le jambon galactique, autrement appelé le distributeur Durex.


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   24/1/2016, 00:05

C'est pas Sieghart Mönch ton petit nom mais Speedy Gonzales !

Bienvenue sur le forum et je m'occupe de toi dans la soirée ou demain soir, tout dépend de l'état de mon cerveau après ma journée de travail golmut

_________________


Hey there, Little Red Riding Hood ♦️ You sure are lookin' good ♦️ You're everything that this ♦️ Big, bad wolf could want ♦️ Yeah, that's right ♦️ Little Red Riding Hood ♦️ I don't think that a big girl ♦️ Should go walking out ♦️ In the streets or woods alone ♦️ What big eyes you have ♦️ The kind of eyes that'd drive wolves mad



Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
HELL COME HERE

HABILITIES : Je t'insuffle tout ce qui me chante, je caresse ton esprit et en modèle les pensées.
OFFICE : Psychologue.

INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Euh... Zig-Zig ?
MISSIVES : 719
ACTE DE PROPRIETE : .

« Toutes les choses vraiment atroces naissent dans l'innocence », Hemingway.
 
Sieghart Mönch
Alias ; Zig-zig, le Monster Munch 100% tournesol, 100% plaisir


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   24/1/2016, 00:12

What a Face
Merci bien, bon courage !

_________________

« La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas. »
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
Survivante

SIGNALEMENT : Grande fausse blonde pouvant vous mettre la fessée, nettoyant ensuite les dégâts
HABILITIES : Vision de la mort
INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Gedauphin
MISSIVES : 392
ACTE DE PROPRIETE : Panda ○ alainashuffman ○ Hôtel Morphée

Il ne faut jamais dire que l'espoir est mort. Ça ne meurt pas l'espoir. ○ Gabrielle Roy
 
Bailey Cuthbert
Admin ○ Un petit coup de Purell ?


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   24/1/2016, 01:48

Welcome
Je suis là pour te guider

Tout d'abord, je te souhaites la bienvenue sur Drag me to Hell de la part de toute l'équipe administrative.
Ensuite, maintenant que ta fiche est achevée, je viens la modérer pour la validation.


○ S'il est né en novembre, il a 23 ans et va avoir 24 d'ici quelques mois. Âge/mois à ajuster.

○ « Papa allemand et maman démon, j'en conclus quoi ? » Allemanferien dehors
○ [...] les cordonniers sont les plus mal chaussés, à ce qui paraît. » Et la femme du médecin meurt jeune :/
○ « J'ai l'impression que je suis voué à une vie compliquée, et parfois j'ai bien du mal à le supporter » *file des mouchoirs*
○ « [...] et j'essaie de comprendre ce qui pousse les uns et les autres à se tirer dans les pattes, à se hanter, [...] » Quand tu trouves les réponses, n'oublies pas de les partager

○ « J'ai construit cette musculature dans la douleur et la sueur, [...] » Dans la sueur peut-être, mais les hérésies ne ressentent rien physiquement parlant.

○ Quand une hérésie est repérée, elle est kidnappée tout de suite. Rien qui modifie ton * énormément, à part pour le repérer avant.

○ Une petite question : il est arrivé à Shreveport quand ? Tu dis qu'il est né en Allemagne, mais il n'y a aucune mention de quand il est arrivé à Shreveport. À moins que ce soit en rapport avec son futur vampire et que, pour le début du rp il est toujours en Allemagne ?

○ Quelques petits détails, rien de grave  :25:

_________________

Et si toi tu recommençais tout à zéro ○ Et si toi tu recommençais tout comme il faut ○ Je ne sais plus combien ils sont de notre espèce ○ Comme des milliers de gens ○ Qui ne se parlent pas souvent ○ Tu repars en courant ○ Tu te sors ○ De tes rêves en lambeaux ○ Tu dessines sur ta peau ○ Pour te souvenir longtemps ○ Comme des milliers de gens
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
★ OFFICIER DIEGO ★

SIGNALEMENT : Prince du Chaos ; Fils du Feu ; Lui-qui-attire-les-goules-dans-les-multis ;
HABILITIES : Pouvoir de l'attardus debilitus ;
OFFICE : Briseur de la vitrine d'Eoghan ; Cow-Boy qui fait du rodéo sur Poney-Sanford ; Némésis de MishMish ; Associé de l'Agent Oups, le chatccident ;
SERENADE : /watch?v=D365SZuES18 /watch?v=PDsqAz4Io4o /watch?v=IBDJQF3EXpU



HÉRAUT DU CHAOS


SOBRIQUET : Rhysk - Chaton
MISSIVES : 2100
ACTE DE PROPRIETE : © Lustuu

Je bois dans ta déchirure et j'étale tes jambes nues ; je les ouvre comme dans un livre où je lis ce qui me tue. - GB
 
Rhys V. Archos
ALIAS Rhysette ; l'amateur de pâté en croûte et de sérénades au clair de lune


MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   24/1/2016, 04:08

Ooh ouiii un psychologue yeah

C'est tellement cool de voir jouer ça sur le forum smile

Bienvenue et hâte de voir ce que tu nous réserves en jeu :05:

_________________


Je suis ce délire façonné par mes pairs : l'écho fantasmé d'une réalité qui n'existe pas. On m'a dit que le monde était sale, mais je l'ai trouvé beau dans sa décadence et dans ces choses qui nous font mal ;
L'ivresse solaire du Crépuscule
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
HELL COME HERE

HABILITIES : Je t'insuffle tout ce qui me chante, je caresse ton esprit et en modèle les pensées.
OFFICE : Psychologue.

INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Euh... Zig-Zig ?
MISSIVES : 719
ACTE DE PROPRIETE : .

« Toutes les choses vraiment atroces naissent dans l'innocence », Hemingway.
 
Sieghart Mönch
Alias ; Zig-zig, le Monster Munch 100% tournesol, 100% plaisir


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   24/1/2016, 10:02

Bonjour lala
Merci à vous deux déjà !

Alors Bailey, pour l'âge j'ai modifié. Pour certaines de tes remarques je sais pas si tu te fous de moi ou si je dois modifier d'autres trucs What a Face (Heureusement que j'ai foutu un avatar plus correct sinon tu m'aurais tâclé là-dessus au-dessus haha :54: )

Pour le physique, c'est ce qu'il dit aux gens de la communauté, c'est pas particulièrement la vérité. Ensuite, c'est un pauvre hérésie qui se morfond, laisse-le chouiner What a Face

Pour son arrivée à Shreveport, c'est effectivement lié à son futur vampire et je pense qu'il est emmené à Shreveport à la fin de ce que j'ai écrit, c'est juste que je ne l'ai pas mentionné, je n'y ai pas pensé. Mais bon, il y est emmené de suite par d'autres hérésies. Un peu plus clair ?

Et pour le fait qu'il soit repéré, je vais faire une petite modification.

*Prend les mouchoirs* Personne ne m'aime de toute façon
Merci en tout cas, dis-moi si j'ai mal compris certains trucs et que je dois modifier !

_________________

« La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas. »
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
SANDS OF TIME

SIGNALEMENT : #BornToBeAVictim
HABILITIES : Chimérie III.
OFFICE : Horloger & Première Dame du Chaos.
SERENADE : Hagia Sophia - Irfan


WELCOME TO THE MACHINE
SOBRIQUET : Scrabs.
MISSIVES : 4308
ACTE DE PROPRIETE : Michaux & Rimbaud (citations) ; Shiya (avatar) ; SWAN (code signature) ; Biscotte (crackship)

« J'ai appelé les bourreaux pour, en périssant, mordre la crosse de leurs fusils. J'ai appelé les fléaux, pour m'étouffer avec le sable, le sang. Le malheur a été mon dieu. Je me suis allongé dans la boue. Je me suis séché à l'air du crime. Et j'ai joué de bons tours à la folie. »
 
Yago Mustaphaï
ALIAS ; Le juif pedofourbe en papillote. Tu veux des bonbons ?


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   24/1/2016, 13:18

Encore un Boche ? Big Eyes

*Grattouille les tatouages pour voir ce qu'il y a en dessous*

Bienvenu, hérésie ! :63:

_________________


Etranges frissons de métamorphose














Ressentis dans mon corps à la limite du supportable, visions de ténèbres avec la certitude d'être mort...
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
SSVF (Sorcier Sans Vagin Fixe).

SIGNALEMENT : Sorcier venimeux ondulé de la toiture. Gosse du bayou.
HABILITIES : Pratique à haut niveau de la Magie rouge.
OFFICE : Vendeur de reptiles.
SERENADE : I'm a man ¤ Black Strobe / Vengeance ¤ Zack Hemsey

Trust in me ♪

SOBRIQUET : Le Tueur de Fun
MISSIVES : 2141
ACTE DE PROPRIETE : Aurélie (ava') / Emi Burton (signa') / Biscotte Cynique (crackship)

No sleep until I am done with finding the answer. Won't stop before I find a cure for this cancer. Sometimes, I feel like going down and so disconnected. Somehow, I know that I'm haunted to be wanted. They say that I must learn to kill before I can feel safe. But I, I'd rather kill myself than turn into their slave. Sometimes, I feel that I should go and play with the thunder. Somehow, I just don't wanna stay and wait for a wonder.
 
Eoghan Underwood
MJ; Tragédie featuring Oedipe ; Est-ce que tu m'entends, Eo ?


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   24/1/2016, 16:52

Oh putain j'ai pas dit bonjour scared

Yo ! Razz
Très sympa l'avatar, d'ordinaire j'suis pas hyper fan des tatoués de partout, mais le bonhomme a une sacrée gueule, et ton perso a l'air bien construit ! Un grand bienvenue parmi nous, et congrats pour la fiche éclair !

_________________


Dark days, Darker nights
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
HELL COME HERE

HABILITIES : Je t'insuffle tout ce qui me chante, je caresse ton esprit et en modèle les pensées.
OFFICE : Psychologue.

INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Euh... Zig-Zig ?
MISSIVES : 719
ACTE DE PROPRIETE : .

« Toutes les choses vraiment atroces naissent dans l'innocence », Hemingway.
 
Sieghart Mönch
Alias ; Zig-zig, le Monster Munch 100% tournesol, 100% plaisir


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   24/1/2016, 18:14

Roh merci à vous, c'est gentil !
Bah, j'sais pas pourquoi ce petit faible pour les Allemands What a Face

*Tape la main de Yago* Namého! Pas touche! tapette

Merci Eoghan, c'est sympa ! Et j'avais pas trop le temps de faire ma fiche alors j'ai mis un petit coup d'accélérateur, elle est peut-être pas aussi bien que ce que je voulais, mais au moins je l'ai terminée avant le début de la semaine.

*Note tous les noms sur le carnet de rdv* Héhéhé...

_________________

« La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas. »
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
HELL COME HERE

HABILITIES : Sorcière Rouge - Télépathie - Occlumancie
OFFICE : Juge Fédéral spécialisé dans les affaires surnaturelles - Porte Parole de la NRA

INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Cacahuète
MISSIVES : 90
ACTE DE PROPRIETE : Shiya

 
Sixtine B. White
Do you want to play with the devil?


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   24/1/2016, 19:41

Très intéressant tout ça ! What a Face

Bienvenue !

_________________
rien n'a de sens
« Alors elle se rappela les héroïnes des livres qu’elle avait lus, et la légion lyrique de ces femmes adultères se mit à chanter dans sa mémoire avec des voix de sœurs qui la charmaient. Elle devenait elle-même comme une partie véritable de ces imaginations et réalisait la longue rêverie de sa jeunesse, en se considérant dans ce type d’amoureuse qu’elle avait tant envié.» Flaubert
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
In my head I’m losing ; For sanity I’m begging

SIGNALEMENT : ton pire cauchemar
« Plains ceux qui ont peur car ils créent leurs propres terreurs. » ; -La ligne verte- ; Stephen King
INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Gedauphin
MISSIVES : 1504
ACTE DE PROPRIETE : Marley Smith ; Klainerofthemoon ; Max Brooks

Tu perds la tête, tu déménages, tu travailles du chapeau, tu as les méninges en accordéon, tu as une araignée au plafond, tu as le timbre fêlé, tu ondules de la toiture, tu es bon pour le cabanon. Ou, tout simplement : tu deviens fou. ; Stephen King
 
Gwendoline Wright
ADMIN ; Don't touch me ; I don't want to feel your body


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   25/1/2016, 00:16

Welcome
Je suis là pour te guider

Tout d'abord, je te souhaites la bienvenue sur Drag me to Hell de la part de toute l'équipe administrative.
Ensuite, maintenant que ta fiche est achevée, je viens la modérer pour la validation.


; Y'a beaucoup de fouage de gueule (a) et quoi ton ancien avatar ? arrow
; Oh le vilain menteur qui raconte ce qu'il veut à ses futures victimes /pan/
; J'aime tout le monde qui me touche pas :63:
; Bonne trouvaille de vampire shreveportien nimuqueuse

J'ai le bonheur de t'annoncer
que tu es validé !
Toutes mes félicitations !



Maintenant que tu fais partie des Dragibus de Drag Me To Hell, tu peux :

♣️ Te rendre dans une fois que tu es validé pour remplir quelques petits formulaires ;
♣️ Remplir ton profil ;
♣️ Demander à être parrainé si jamais tu te sens un peu perdu ;
♣️ Adhérer à un clan ;
♣️ Créer ta fiche relationnelle ;
♣️ Choisir de recenser ou non ton personnage comme étant un CESS ;
♣️ Demander un RP ;
♣️ Visiter le coin des sujets multijoueurs pour pimenter ton jeu.

PS : tu pourras demander un logement et créer une entreprise, en cas de besoin, lorsque tu auras deux mois d'ancienneté et trois RP achevés.

Il ne me reste plus qu'à te souhaiter un bon jeu sur Drag me to Hell.
Amuse-toi bien, et rappelle toi, que si tu as la moindre question nous serons toujours là pour y répondre.

_________________
La peur, c'est la plus précieuse matière première de l'univers. Allumez la télévision, qu'est-ce que vous voyez ? Des gens qui vendent leurs produits ? Non. Des gens qui vendent la peur que vous éprouvez à l'idée de ne pas les avoir.
   
   
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
HELL COME HERE

HABILITIES : Je t'insuffle tout ce qui me chante, je caresse ton esprit et en modèle les pensées.
OFFICE : Psychologue.

INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Euh... Zig-Zig ?
MISSIVES : 719
ACTE DE PROPRIETE : .

« Toutes les choses vraiment atroces naissent dans l'innocence », Hemingway.
 
Sieghart Mönch
Alias ; Zig-zig, le Monster Munch 100% tournesol, 100% plaisir


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   25/1/2016, 10:27

Merci :52:

_________________

« La plus belle des ruses du diable est de vous persuader qu'il n'existe pas. »
Baudelaire
Revenir en haut Aller en bas
 
avatar
 
DEATH LEAVES A BROKEN HEART NO ONE CAN HEAL LOVE LEAVES A MEMORY NO ONE CAN STEAL...

...


...

DIE WITH ME


BLACK QUEEN

...


GOLDEN QUEENY BITCH

SIGNALEMENT : Le désert de Gobi est plus humide que je ne le serais jamais.
HABILITIES : Thaumaturgie - Branche de Destruction - Niveau III
OFFICE : Nettoyeur.
SERENADE : Viol - Gesaffelstein


INFORMATIONS CONFIDENTIELLES
SOBRIQUET : Biscotte Cynique
MISSIVES : 760
ACTE DE PROPRIETE : Avatar : .Chaussette | Sign : PANDO | Profil : Magnus le troll ==>

J'ai entendu le doux bruit de tes silences.
 
Dillon Ó Súilleabháin
ALIAS ; « Ils m'ont dit on va tout raser. Wallah j'ai cru ils parlaient de Dillon »


Black Moon
JE SUIS:
CAPACITES:
MEDISANCES:
MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   25/1/2016, 10:34

J'arrive après la guerre mais ... STEPHEN JAMES + HERESIE lslmldmkdmkzmdkqsdkmqkdqmkmksqmdkmsqkdqskmdksmkdm
C'était mon cerveau, remerciez le bllllll

Bienvenue à toi et amuse toi bien avec ce personnage ! yeah heart

_________________
Mais, vous savez, moi je ne crois pas qu'il y ait de bonne ou de mauvaise situation. Moi, si je devais résumer ma vie aujourd'hui avec vous, je dirais que c'est d'abord des rencontres, des gens qui m'ont tendu la main, peut-être à un moment où je ne pouvais pas, où j'étais seul chez moi. Et c'est assez curieux de se dire que les hasards, les rencontres forgent une destinée... Parce que quand on a le goût de la chose, quand on a le goût de la chose bien faite, le beau geste, parfois on ne trouve pas l'interlocuteur en face, je dirais, le miroir qui vous aide à avancer. Alors ce n'est pas mon cas, comme je le disais là, puisque moi au contraire, j'ai pu ; et je dis merci à la vie, je lui dis merci, je chante la vie, je danse la vie... Je ne suis qu'amour ! :dédé:
Revenir en haut Aller en bas
 
 
 
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: Sieghart Mönch   

Revenir en haut Aller en bas
 

Sieghart Mönch

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant

 Sujets similaires

-
» [Combat] Alectryon VS Océanos: châtier l'envahisseur

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
DRAG ME TO HELL ::  :: Registre des présentations :: Circus of the Damned-